Bachotage

Sleeping_while_studyingDébut juin. Le soleil revient, les envies de vacances aussi. Mais voilà, juin, c’est aussi le moment des examens à tous les niveaux. Et qui dit examens dit aussi bachotage. Bien qu’il ait été prouvé qu’il n’a aucun intérêt à long terme, l’animal a la peau dure. Pourquoi ? Certains sociologues estiment que le système scolaire favorise depuis toujours le bachotage (passer l’examen serait vécu un obstacle mortel à franchir, favorisant le sentiment d’urgence), d’autres pensent plus simplement que les jeunes préfèrent utiliser leur temps à faire autre chose que travailler (sortir, jouer, regarder le tennis à la télévision…) ou utilisent l’examen comme moyen d’opposition/affirmation. Il y a sans doute un peu des trois, même si, dans ce domaine, il est dangereux de généraliser.

Quoi qu’il en soit, répétons-le, le bachotage, à tout âge, est inutile. Les connaissances acquises dans l’urgence et le stress sont toujours les premières à s’envoler une fois l’examen terminé. Nombreux sont ceux qui appellent à une refonte du système (enseignement et modalités de vérification des apprentissages), mais lui aussi est un animal à peau dure (qui a dit mammouth ?). Un système dédramatisé, visant le pragmatisme et le long terme aurait beaucoup plus d’intérêt, mais en attendant, le bachotage passe, et les connaissances trépassent…

This entry was posted in Autour des langues and tagged apprentissage, bac, baccalauréat, bachotage, Büffelei, cramming, enseignement, lernen, method, méthode, teaching. Bookmark the permalink.

13 Responses to Bachotage

  1. Kob says:

    Il faudrait apprendre à étudier autrement c’est certain, le problème c’est que c’est tout l’enseignement qu’il faudrait revoir pour ça et que ça ne semble pas prêt d’arriver.
    Enfin, ce n’est pas une raison pour perdre espoir, peut-être qu’un jour, dans 2 ou 300 ans… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *